NEWS 
OCTOBRE 2007

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

 

NEWS   Octobre 2007

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* BIOGEN-IDEC se met en vente, sous la pression du minoritaire activiste Carl Icahn
[Analyse : le N°5 mondial des biotechnologies, basé dans le Massachusetts, est ainsi valorisé à US$ 24 Milliards (pour un CA estimé en 2007 de US$ 3 Milliards et un résultat net de US$ 600 Millions) ; la cible est très attractive par les savoir-faire acquis en R&D et production, davantage que par le portefeuille futur (mais la renaissance du Tysabri, retiré temporairement du marché en 2005, co-marqueté avec l'Irlandais Elan, assure le moyen terme) : reste la valorisation qui met la barre haut, seulement accessible à des grands Labos et qui n'ont pas déjà une activité Biotech significative... sont cités par les analystes Sanofi-Aventis (essentiellement dans l'hexagone), GSK, Pfizer, mais c'est conjoncturel ; à noter : Carl Icahn ne détient que 4 % du capital et Goldman Sachs et Merrill Lynch ont été mandatés pour évaluation et négociations éventuelles]
                + Décembre 2007 : Biogen-Idec renonce à sa mise en vente et plonge (-27%) en Bourse, après que l'annonce ait fait grimper le titre à US$ 84,75, contre US$ 44, en Mars (les acheteurs ont buté sur le prix élevé et le dé-tricotage des multiples accords passés avec d'autres laboratoires)

* La Recherche et l'innovation thérapeutique sont-elles moteur de croissance pour la France
[Analyse : le LIR, organisateur de cette réunion, réussie, sous forme de débats avec 3 panels de décideurs de l'industrie, des tutelles, des patients, des politiques, et d'experts, a posé 3 questions sur la R&D Pharma : Y a t'il eu des avancées au cours des 10 dernières années ? (la réponse est 'oui' et le cas des cancers est exemplaire et dynamisant, mais l'industrie est à la fois à la croisée technique des chemins et culturellement perplexe face à son avenir, aux enjeux financiers de ROI et aux mutations internes nécessaires), l'innovation thérapeutique peut-elle être facteur de croissance ? (la réponse est aussi 'oui', dans le cadre de choix stratégiques, et selon Jean-Pierre Raffarin, au sein de l'Europe), la France est-elle un grand Pays de l'innovation thérapeutique ? (la réponse est 'oui' et 'non', et les atouts passés sont en érosion, mais le futur est jouable avec des règles plus claires sur le long terme, des partenariats public-privé généralisés (ré-organisation des moyens, des modes de fonctionnement), et des choix politiques assumés en faveur de la Santé et du CSIS (face à d'autres secteurs industriels), pour des enveloppes financières plus conséquentes sans saupoudrage (les pôles de compétitivité, hélas)... tout en sachant qu'il faut dépasser l'apparemment inconciliable - doublement des dépenses de santé dans le PIB et prise en charge collective- et avec courage, comme l'a dit Jacques Attali en citant le Cardinal de Retz : «on ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment»]

Politique et économie de la Santé

* La permanence des soins et les liens ville-hôpital, une mission délicate de réflexion pour Gérard Larcher
[Analyse : la relation ville-hôpital est un vieux serpent de mer en France, davantage conceptuel que pragmatique (vue la complexité des situations locales), mais il faut comprendre cette mission de concertation comme un mode de préparation des esprits aux questions de régionalisation (les futures ARS), de rémunérations (la sortie du tout honoraire en ville, le mérite à l'hôpital), d'inter-pénétration (DMP) ; 5 (vastes) axes de travail ont été retenus : organisation des soins de proximité, renforcement du pilotage de l'hôpital, structuration du service hospitalier de territoire, amélioration de l'attractivité des carrières et des statuts, et, dynamisation de la recherche... au moment où les internes viennent d'obtenir le report de mesures contraignantes à l'installation dans les vides sanitaires ; une mission délicate pour le Politique qui aura l'intérêt d'obliger à définir leurs positions pour les acteurs, dans le cadre d'un brassage global]

* Les médicaments sans ordonnance en accès libre, devant le comptoir de l'officine, début 2008
[Analyse : une première mesure forte et engagée de la Ministre, Roselyne Bachelot, qui ne craint pas d'affirmer que les économies induites pour l'Assurance Maladie seront bienvenues (un discours qui tranche) ; reste à définir la liste des types de traitement élus (a minima, les maux de gorge ou les petites plaies... quid des antalgiques?) pour une automédication à l'Anglo-saxonne (dit OTC, over-the-counter), et à obtenir les accords nécessaires (6 mois au moins, même pour un décret), sans remettre en question le monopole des officines pour la distribution des médicaments ; le marché de l'automédication est stagnant en volume depuis longtemps, hors déremboursement, soit € 1.8 Milliard par an, pour les ventes de produits de prescription médicale facultative, remboursables ou non, et moins de 7 % du marché ; un Français consomme moins de 27 € par an en automédication, 2 fois moins qu'un Allemand (61 €) et reste loin derrière le Britannique (44 €), ou l'Italien (47 €) ; rappel, produits leaders du marché (en € Millions) : Doliprane (Sanofi) 51, Nicorette (J&J) 33, Humex (Urgo) 30, Efferalgan (BMS-Upsa) 30, Strepsil (Reckitt Benckiser, ex-Boots) 29]
        + Janvier 2008 : après une opposition farouche, l'Ordre des Pharmaciens donne son accord de principe (et les officinaux, selon sondages, se résignent) ; les produits (encore non définis : probablement 200 spécialités selon AFSSAPS, antalgiques, antitussifs, médicaments ORL, dermatologiques ou spécialités indiquées en gastro-entérologie, en ophtalmologie, aussi produits de sevrage tabagique) devant le comptoir seront encadrés par un conseil personnalisé de la part du pharmacien ; un dispositif de central d'achat serait créé pour les officinaux (pour faire baisser le prix)

* La HAS (Haute Autorité de Santé) est chargée de juger le bien-fondé des remboursements
[Analyse : une innovation importante, à l'instar de ses équivalents en Grande Bretagne (Nice) et (IQWIG) Allemagne, et une mutation majeure pour l'organisme créé par la réforme de l'Assurance Maladie de 2004, jusque là très scientifique (guide médecins, stratégies de soins, normes, accréditations, évaluation technique...) ; il reste à allouer d'autre moyens humains et financiers à l'HAS pour que la mesure soit réellement re-structurante, et à ré-organiser le circuit des décisions après les jugements de l'HAS (rôle de l'État, du CEPS, appels des décisions par les fournisseurs de soins, par les payeurs)... beaucoup d'ambiguïtés encore à lever]

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par URGO de l'Espagnol VITAFARMA, pour un montant non divulgué
[Analyse : c'est une petite acquisition pour la société Familiale Urgo (CA : € 225 Millions), mais c'est la première hors France, depuis la main mise de Hervé Le Lous ; Vitafarma réalise l'essentiel de son CA de € 10 Millions avec des produits de fixation et d'entretien des prothèses dentaires et des médicaments d'automédication pour l'insomnie ; donc, un outil de distribution des produits Urgo (et Juva) en Espagne, et une stratégie nationale exportatrice par produits/marques différentiés, opposée aux leaders Internationaux, type GSK, Bayer, ou J&J]

* Acquisition par PHILIPS de RAYTEL CARDIAC SERVICES, pour US$ 110 Millions
[Analyse : c'est également une petite acquisition, mais significative dans le cadre d'une stratégie de déploiement à petits pas sur le marché des technologies médicales ; ici, c'est la ré-orientation de Philips vers la Santé, notamment pour les maladies du cœur : d'abord les dispositifs médicaux, ensuite, la gestion des soins hospitaliers, avec Raytel, par exemple, spécialisée dans les équipements de surveillance du rythme cardiaque et la télémédecine]

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Emmanuelle Quilès, chez WYETH Pharma France, comme P.-D.G., à la place de Mehdi el-Glaoui, qui quitte le groupe pour monter un nouveau fond de Private Equity (bon succès!)
[Analyse : auparavant, WYETH Pharma France, Directrice des Opérations Enbrel, puis Biotechnologie (2006 - 2007), WYETH Pharma France, Chef de produit Refacto, puis Manager B.U. Hémophilie, puis Directeur des opérations Hôpital (1998 - 2006), GENETICS INSTITUTE, PIERRE FABRE, RHÔNE POULENC RORER, (1990 - ) ; Née en 1967, École Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg (Ingénieur, 1990)]

* Vincent Varlet, chez WYETH France, comme Directeur de la Communication 
[Analyse : auparavant, WYETH France, Directeur e-Business (2001 - 2007), BEAUFOUR IPSEN PHARMA, Directeur des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (1999 - 2001), BEAUFOUR France, Chef de Gamme Gastro-entérologie (1997 - 1999), SERVIER, Chef d'études cliniques Coversyl, Chef de Produits, Médecin Produit (1992 - 1997), AP-HP, Attaché des Hôpitaux (1990 - 2001) ; Médecine (Docteur, Pitié-Salpêtrière) 1993, DESS Industriel , Option Gestion Commerciale et Marketing (1993)]

* Jérôme Wirotius, chez URGO, comme D.G.A., chargé de la Division Urgo Soins et Santé
[Analyse : auparavant, BAYER HEALTHCARE France, Directeur de la Division Grand-Public (2006 - 2007), L'ORÉAL France, Département luxe, Directeur Commercial (2002 - 2006), L'ORÉAL Grand Public, Manager Clients nationaux (1998 - 2002) ; Né en 1970 (estim.), Sup de Co Reims]

* Dimitri Verza, chez BAXTER France, comme Directeur de la Division BioScience
[Analyse : auparavant, LUNDBECK France, Directeur B.U. Neurologie (2005 - 2007), LUNDBECK France, Directeur Vente Neuro-gériatrie (2003 - 2005), JANSSEN-CILAG France, Directeur Business Development, EISAI France, Directeur Marketing (2000 - ), FOURNIER PHARMA, Chef de Produit ; Né en 1969 (estim.), Pharmacie (Docteur), IAE (Master en Finance et Marketing)]

* Patrick Brondeau, chez ALPHEGA (ALLIANCE HEALTHCARE) France, comme Président
[Analyse : auparavant, ALLIANCE HEALTHCARE France, Directeur Commercial ( - 2007), ALLIANCE SANTÉ France (ALLIANCE-UNICHEM), Directeur des Ventes (1998 - ), I.F.P. SANTÉ, Directeur d'établissement, CPC RÉPARTITION (Tours), (1989 - ) ; Né en 1959 (estim.), Pharmacie (Docteur), Sciences (DEA), Conseiller national de l'Ordre des Pharmaciens]

* Éric Ducournau, au LEEM, comme Administrateur
[Analyse : toujours, chez PIERRE FABRE HQ, Secrétaire Général (2004 - ), PIERRE FABRE HQ, Directeur de Cabinet du Président (2000 - 2004), TILDER, Consultant en stratégie de communication, puis Associé, Secrétaire Général (1998 - ), ÉTAT, Collectivités locales (Chalon-sur-Saône et Bourges), Directeur de cabinet ( - 1998) ; Science Po (Bordeaux), Droit Public (Maîtrise), Vice-Président du Pôle de compétitivité Cancer BioSanté de Toulouse (2006 - )]

* André Syrota, à l'INSERM, comme D.G., en remplacement de Christian Bréchot, démissionnaire, à la suite du conflit privé qui l'oppose à la société Metagenex
[Analyse : auparavant, ÉTAT CEA, directeur des Sciences du Vivant (1993 - 2007), Professeur à la Faculté de Médecine Paris Sud (1979 - ), Président du Génoscope d'Évry, études sur les myopathies (1985 - ) ; né en 1946, médecine (Docteur), spécialiste de l'imagerie et de la médecine nucléaire. Enjeu : 7.000 personnes, € 600 Millions, et probablement la mission de fusionner les différents organismes de R&D publique dans la Santé]

* Daniel Vasmant, au Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Emploi, comme Chef du Bureau Santé, Biotechnologie et Industries alimentaires
[Analyse : auparavant, CANCÉROPÔLE IDF, Délégué Scientifique (2006), AVENTIS France, puis SANOFI-AVENTIS France, Directeur des Relations Scientifiques - Affaires Publiques (2001 - 2005), RPG (AVENTIS) France, Directeur Médical (2001 - 2003), AVENTIS France, Directeur du Marketing de B.U. Neuro-Rhumato-Gastro (2000), H.M.R. France, Directeur Médical de la Division Thérapeutique Médecine Interne (1999 - 2000), HOECHST France, Directeur des études cliniques de phase IV (1991 - 1998), HOECHST France, Manager Développement Marketing (1989 - 1992), Chef de Produit Triatec (1988 - 1989), Chef de Projet Médical (1984 - 1988), ÉTAT, AP-HP, Professeur Associé à la Faculté de Médecine Saint Antoine (1992 - 1994), ÉTAT, AP-HP, Chef de Clinique Néphrologie Pédiatrique Hôpital Trousseau (1980 - 1984) ; Né en 1948, Médecine (Néphrologie, Pédiatrie, 1980), DESS ESSEC, Président de l'AMIPS (2006)

* Décès brutal de Pierre Douaze, ancien Patron du groupe Novartis
[Analyse : auparavant, en retraite active et administrateur de nombreuses Biotech, comme Serono, et aussi de Chiron, Galenika, Vifor (1997 - ) ; Directeur Général de la Division Pharma de Ciba-Geigy (1989 - 1996) et CEO-artisan de la création de NOVARTIS, fusion de CIBA GEIGY et de SANDOZ en 1996 ; CIBA GEIGY France, Président (1982 - 1989) ; né en 1940, École Polytechnique Fédérale de Lausanne (1964), Insead (MBA, 1967)... saluons la mémoire d'un grand manager, d'un passionné de business, et, pour les gens de notre génération, un maître en toute simplicité, et adressons nos condoléances à sa famille]

Relation Client

* Une expérience de "café-citoyen" (rue de Grenelle, Paris 7ème) : «la Santé, qui va payer ?», au cours de la 2ème Semaine du Médicament organisée par le LEEM, qui a intéressé 20 000 Français
[Analyse : une assistance nombreuse et attentive malgré la date (le 18 Octobre : grève majeure) sur un thème large mais essentiel, et un débat ouvert, animé par le Prof. Guy Vallencien, médecin et économiste, avec pour la Pharma, Dominique Amory (Lilly) et Marion Bamberger (BMS) ; d'abord, un truisme avec 'Qui paye' : tous les Français, même s'ils n'ont pas conscience de leur débours individuels (sur la feuille de paye, par l'impôt) et si les cotisations, collectives, de l'assurance obligatoire (en %) ou complémentaire (par forfait), sont indolores et dé-responsabilisantes (après 50 ans d'État-Providence)... seulement 3% du total vient directement de la poche des citoyens ; ensuite, de longues discussions sur les franchises, utiles, responsabilisantes (peut-être), modiques (sûrement), et inefficaces à long terme (certainement)... à remplacer par une franchise globale de 100 à 200 € par an (avec un bouclier social)? ou par un système vertueux et éducatif, aux contours mal défini... discussions qui ont dérivé sur la nécessité d'informer, de former les Français, à leur (Capital) Santé, aux coûts, aux pathologies courantes qui devraient sortir de la médecine technique, même du généraliste (par une assistante médicale, un call center national, la prescription pharmaceutique, l'automédication ?), à la prévention des comportements à risque (sinon taxes ?) ; enfin, 'Qui va payer', notamment si la dépense tend vers un doublement du ratio sur PIB d'ici une génération (sans compter les nouvelles dépenses faramineuses pour la dépendance et l'Alzheimer)... silence... davantage de notre poche... les avis restent partagés! Une expérience enrichissante pour tous les participants, tous impliqués (un citoyen, ingénieur électronicien à la retraite, avait même préparé un tableau synoptique comparant l'assurance maladie et automobile par type de client !), et un moment convivial réussi que le LEEM et les animateurs se promettent de renouveler]

* MICROSOFT mise US$ 240 Millions sur Facebook, au moment où le Web 2.0 fête seulement le 2ème anniversaire de son World Summit
[Analyse : la somme peut paraître faible pour le géant des logiciels, mais c'est pour 1.6 % du capital d'une Société dont le CA prévisionnel est US$ 150 millions et n'est pas encore rentable ; Facebook, fondé en 2004 par Mark Zuckerberg, alors étudiant à Harvard (donc avant MySpace.com), est le réseau social Web 2.0 le plus tendance du moment (50 Millions de membres actifs et 200 000 nouveaux inscrits par jour, en croissance exponentielle), et Microsoft remporte, avec ce deal très cher, la commercialisation jusqu'en 2011 des espaces publicitaires de Facebook au niveau mondial... vertigineux]

* Acquisitions majeures dans le seul domaine encore porteur du CRM : Business Objects par SAP et BEA par ORACLE
[Analyse : opération amicale majeure pour SAP, et réponse concurrentielle immédiate (inamicale, donc incertaine) par Oracle, pour 2 leaders encore indépendants de la Business Intelligence (l'analyse décisionnelle) ; SAP rachète Business Objects pour € 4.8 Milliards (soit 20% de plus que la capitalisation boursière), une entreprise Française créée par Bernard Liautaud, il y a 17 ans, et qui compte 44 000 clients dans le monde ; pour SAP, encore minoritairement détenu par ses fondateurs et qui historiquement a prioritairement misé sur la croissance organique, cette acquisition marque une rupture culturelle et financière ; de son côté, Oracle offre US$ 6.7 Milliards pour BEA Systems, mais son offre est jugée insuffisante (comme dans d'autres cas de la longue liste des acquisitions d'Oracle, dont PeopleSoft, Siebel et Hyperion, ce qui ne les a pas empêchées) ; le marché du décisionnel est dominé par SAS, B.O., IBM (avec l'offre d'Ascential), Cognos, BEA, et dans le domaine du CRM, c'est le seul dynamique aujourd'hui, d'où la présente consolidation/surenchère]
     + Novembre 2007 : échec (temporaire ?) de l'OPA hostile d'Oracle sur BEA
     + Janvier 2008 : accord entre Oracle et BEA pour une OPA amicale sur la base de US$ 8.5 Milliards

Internet en Santé

Passez l'Info, un bon site Web de Sanofi Pasteur MSD sur la prévention du cancer de l'Utérus (en 2000, 3400 cas nouveaux annuels et 900 Décès) et le vaccin ad-hoc remboursé (en attendant la concurrence de GSK)
[Analyse : un petit site Internet centré, bien fait, attractif et informatif, sérieux et pédagogique, avec l'état des connaissances, un quizz, des FAQ's, des Podcasts, la séquence du spot Télé déposée sur "You Tube" et un projet qui va au delà des frontières Françaises -SPMSD est une J.V. Européenne, puisque 9 autres sites frères sont disponibles pour d'autres pays-langues... une belle réussite avec un budget limité, le tout en parallèle à une campagne de sensibilisation Radio et Cinéma... à imiter]

* Agir pour la Recherche, un site de soutien à la R&D médicale
[Analyse : au moment où l'Institut Pasteur abrite une réunion institutionnelle, soutenue par le LEEM, sur les synergies Public-Privé en matière de R&D médicale, avec une forte nécessité de P.P.P. (partenariat public privé), avec une probable re-fondation des organismes en France (Inserm, CNRS, CEA, ANR), avec la nécessaire prise de risque financée de l'Inserm-Transfert, la mobilisation pour la R&D Française via un site Internet, soutenu par la FRM, est bienvenue ; elle est touchée par 2 maux qui pèsent sur son avenir : la baisse des vocations et l’exil des jeunes chercheurs ; après 8 à 10 ans d’études, ils sont confrontés à un véritable parcours du combattant : absence de statut précis au sein des laboratoires de recherche, rémunérations très faibles, et surtout manque de perspectives de recrutement, notamment dans le privé... comme nous, postez votre soutien en ligne, pour accroître et diffuser la prise de conscience]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* 51 % des titulaires d'un contrat d'entreprise obligatoire change de complémentaire lors du passage à la retraite, selon l'IRDES
[Analyse : des résultats symptomatiques de l'assistanat collectif de la couverture santé en France, sachant que le changement ne concerne que 39 % des titulaires d'un contrat d'entreprise facultatif et 23 % des titulaires d'un contrat individuel... le contrat obligatoire est de loin le plus fréquent en France, notamment pour les Grandes Entreprises]

* Réduction spectaculaire de la mortalité par AVC en France entre 1979 et 2001 
[Analyse : selon les données des certificats de décès en l'absence
de registre national des AVC, en France, une réduction considérable, de 60 %, de la mortalité par AVC est analysée au cours des 20 dernières années, soit une diminution presque double de celle des autres causes de décès d'origine vasculaire ; le déclin de la mortalité par AVC concerne les hommes et les femmes et toutes les tranche d'âge y compris celle des plus âgés ; bonne nouvelle, l'amélioration de la prise en charge des facteurs de risque vasculaire (traitement anti-hypertenseur surtout, traitement hypolipémiant, campagnes anti-tabac, modification des modes de vie, traitement anticoagulant en cas de fibrillation auriculaire...) explique ces résultats, avec l'amélioration de la prise en charge des AVC en urgence]

* L'action Google passe les 700 US$ à la bourse Américaine
[Analyse : où peut s'arrêter l'action Google, lancée à quelques 100 US$, lors de son IPO en Août 2004 ? Trois semaines après avoir passé la barre des 600 US$ ! La valeur de la société a été multipliée par 8 depuis son introduction (et + 57 % depuis début 2007), ce qui en fait aujourd'hui la quatrième société la plus capitalisée aux USA, soit US$ 220 Milliards]

Gadgets de l’e-humain

* Diffusion de "monpass.santé", le carnet électronique de vaccination en France, par la Mutuelle Générale et Orange Business Services 
[Analyse : monpass.santé est un espace sécurisé avec un code PIN personnel... grâce à sa carte à puce (Cleyris) et à un lecteur ad-hoc, l'utilisateur du service accède en ligne à son carnet de vaccination dans son espace personnel sur le site Web de la Mutuelle Générale, et il est informé en temps réel des prochaines échéances (et averti par SMS ou e-mail) ; chez le médecin, la carte est lue par le lecteur Sesam-Vitale (validation de la vaccination et saisie du numéro du lot) ; elle permet également la consultation en ligne des relevés de prestations de l'adhérent ; c'est un premier service disponible : d'autres carnets de suivi devraient être proposés sur la nutrition, le dentaire, ou l'optique ; dans un premier temps, ce service est réservé aux salariés du groupe France Télécom dans 31 départements du Nord, Ouest et Sud de la France (60 000 salariés)]

Divers

* Hôpitaux-cliniques : le palmarès du Nouvel Obs paru et disponible en ligne
[Analyse : le Nouvel Obs a choisi dans son palmarès de présenter les
5 ou 10 meilleures unités dans 72 spécialités, sur la base des données de 2005 issues du PMSI, et par région... instructif et formateur pour les opposants farouches à une médecine à 2 vitesses]

* 5 500 € pour 0.4 carat par Algordanza... parce je le vaux bien ?
[Analyse : notre Société en mal d'originalité ne se refuse rien en guise d'adieu (éploré?) ; déjà 27% des Français aujourd'hui (et 50% pour les Grandes Villes) choisit la crémation, mais que faire des cendres, avec distinction... la première solution, moins chère mais avec une liste d'attente longue comme un jour sans pain, c'est l'envoi dans l'espace pour se mesurer aux étoiles ou prendre de la hauteur, pour presque US$ 1300 le gramme... la seconde, pour un souvenir plus proche et permanent consiste à transformer vos cendres en diamant à poser sur une bague pour 5 500 € (premier prix) ; bien sûr le processus de transformation peut être inconfortable (re-réchauffement à plus de 1300°C et hyper-compression) pour obtenir un beau diamant transparent ou légèrement bleuté (en fonction de votre teneur en bore), mais cela peut aussi faciliter la résolution de problème de succession ou la vente sur e-Bay !]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017