NEWS 
NOVEMBRE 2005

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

NEWS   Novembre 2005

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* J&J et Guidant se mettent d'accord pour réduire le prix de près de US$ 4 Milliards, pour l'OPA amicale, lancée il y a presque un an
[Analyse : cette réduction (de US$ 25.4 à 21.5 Milliards !) fait suite à l'annonce en Juin par Guidant de risques de dysfonctionnements de certains modèles de défibrillateurs (100 000) et de leurs remplacements gratuits pour les patients cardiaques équipés ; la négociation a été "serrée" car elle a dû intervenir au moment où la FTC et la commission de l'UE avaient donné leur accord à l'acquisition, avec des réserves mineures ... une partie de quitte ou double pour J&J, réussie à l'arraché avec beaucoup de sang froid, et aussi une première en Pharma, ce qui montre l'importance financière aujourd'hui des retraits de médicaments ou de dispositifs d'une part, et l'interventionnisme croissant des investisseurs dans la réussite ou l'échec des opérations de fusion - acquisition]
              + Décembre 2005 : OPA concurrente de Boston Scientific (concurrent de J&J dans les stents) pour US$ 25.0 Milliards dans un contexte confus (Guidant maintien son accord de fusion avec J&J, Boston Scientific ne lance pas officiellement son offre, mais acceptera de payer les US$ 625 Millions de dédommagements à J&J prévus en cas de rupture de la fusion, le nombre de cas de dysfonctionnements de défibrillateurs augmente, l'A.G. des actionnaires de Guidant est annoncée le 31 Janvier 2006)
              + Janvier 2006 : l'OPA concurrente de Boston Scientific réussit après plusieurs surenchères
[Analyse : un prix (exorbitant) de US$ 27.0 Milliards (soit 80 US$ l'action), ce qui valorise le défibrillateur installé à un niveau astronomique ; clairement, l'opération apparaît comme une nécessité vitale pour le management de BSG ; la bourse (baisse de 7% lors de l'annonce du cours de BSG) et la FDA (mise en garde pour des problèmes industriels) n'ont pas apprécié]

* Les Fonds d'Investissements, représentant 48% du capital de VNU font avorter l'Acquisition d'IMS (et de Pharmaceutiques en France) par VNU
[Analyse : l'opération était valorisée à € 5.8 Milliards, mais les actionnaires mécontents menaçaient de monter une OPA hostile sur VNU, car le projet leur semblait trop coûteux et trop risqué ; leur succès, une première en Pharmacie et un évènement rare en général, leur permettra de se voir attribuer un superdividende de € 1 Milliard qui aurait servi à d'autres projets ; exit donc les synergies potentielles entre IMS et Nielsen]

* IPO d'IPSEN à la bourse de Paris, entre € 21.70 et 25.20, l'action
[Analyse : seulement environ 20% du groupe familial Français est ouvert aux investisseurs, sachant qu'une part, faible (2%), de l'augmentation/ouverture du capital a été réservée aux salariés, avec pour eux un minimum de € 17.36, soit un premium de 20% ; le calcul de la valorisation moyenne est de € 2 Milliards pour un C.A. de 767 Millions, pour 100% du capital : c'est un prix très élevé compte tenu du portefeuille risqué, du pipeline, même en bas de la fourchette ; cependant, c'est une première valorisation d'un groupe de taille moyenne en France après Biomérieux et une étape importante dans la consolidation inéluctable des acteurs (y compris Servier et Fabre) ; le roadshow médiatique de Jean-Luc Bélingard est offensif et réussi, avec effet d'annonces (€ 9 Millions de C.A. d'Artotec, diclofenac + misoprostol, cédé par Pfizer), avec le choix des partenaires (Goldman Sachs International, BNP Paribas, ABN AMRO Rothschild, HSBC CCF et la Société Générale), avec un effacement symbolique de la famille Beaufour... de quoi faire tourner la tête des investisseurs individuels ?]

* M.S.D. lance un plan drastique d'économies
[Analyse : premier geste stratégique de Richard Clark, le nouveau CEO de M.S.D., la restructuration est massive avec suppression de 7000 emplois (la moitié aux USA), soit 11 % des effectifs, et la fermeture ou la vente de 5 usines et 3 centres  R&D ; la France ne serait pas affectée en production ; une conséquence directe du retrait du marché du Vioxx et de l'arrivée aux USA de génériques pour le Zocor et le Fosamax, mais le modèle de M.S.D., pure innovation-100% pharma, est maintenu]

* Remboursement partiel par 2 complémentaires Santé de certains alicaments, en partenariat avec l'industrie alimentaire
[Analyse : l'opération concerne concrètement Pro-activ, le yaourt dit "anti-cholestérol" d'Unilever, lancé en 1999, et Maaf Assurances, et en projet, le Danacol de Danone et AGF Santé ; en pratique, les consommateurs collectionnent les codes barres de leurs achats de Pro-Activ (margarine, yaourt, yaourt à boire…) et les envoient à l'assureur pour un remboursement jusqu'à € 40 par an ; Unilever revendique pour la gamme Pro-activ un C.A. de € 80 Millions, une P.D.M. de 80% des aliments anti-cholestérol et un avis favorable du Conseil supérieur d'hygiène publique ; Unilever a déjà développé début 2005 en Hollande un tel partenariat avec l’assureur VGZ, pour les produits de la gamme anti-cholestérol Becel ; c'est une première en France ... même s'il faut voir la démarche davantage comme une opération de communication pour singulariser le positionnement des assureurs complémentaires, par rapport aux omnipotentes mutuelles ; le côté vertueux en faveur de la prévention - Santé n'a échappé à personne, mais il serait légitime que de tels alicaments, soutenus ou non par les complémentaires, aient vu leurs propriétés thérapeutiques revendiquées dûment démontrées, comme les médicaments]
              + Avril 2006 : le projet Danone-AGF est officiellement annoncé, tandis que UFC-Que Choisir a assigné la MAAF en justice pour ses publicités vantant les produits anti-cholestérols de la marque Pro-activ d'Unilever et envisage la même action envers Danone-AGF...
              + Février 2007 : les AGF et la MAAF renoncent à rembourser les produits alimentaires anti-cholestérol, faute d'une réelle adhésion de leurs clients

Politique et économie de la Santé

* LFSS 2006 : l'État pratique la substitution pour les Pharmaciens
[Analyse : "Victoire!" titre le Moniteur des Pharmacies qui indique que les 3 syndicats de Pharmaciens ont signé le remplacement des projets à leur encontre (généralisation des TFR à 2 ans) par une baisse plus forte des prix du répertoire (15% au lieu de 13%, enjeu : € 350 Millions) et une baisse de prix additionnelle spécifique des génériques après 2 ans de commercialisation (-10%, enjeu : € 250 Millions), pour un montant comparable d'économies dans PLFSS initial ; la dite victoire des pharmaciens vient du déplacement du curseur, au détriment de l'Industrie des princeps du Répertoire et des génériqueurs ; l'effet boomerang, non évoqué par les pharmaciens, sera l'éradication des marges arrières par les génériqueurs, donc moins d'attrait à substituer et moins d'économies pour l'État (les génériqueurs sont connus pour être en phase d'investissements, c'est-à-dire que 2 sur 15 réalisent des profits opérationnels et tous les autres, des pertes, et ces baisses de prix vont les obliger à revoir complètement leur modèle économique]
             + Décembre 2005 : nouvelle vague de TFR impliquant 48 groupes génériques (22 DCI, notamment des ex-blockbusters : amisulpride, amoxicilline, carmabamazepine, cefaclor, cefalexine, cimetidine, diclofenac, diltiazem, famotidine, fenofibrate, fluoxetine, naproxene, piroxicam, ranitidine, selegiline et trimetazidine qui ont un taux de pénétration inférieur à 50 % et présentent de faibles rotations)

* LFSS 2006 : décrochage (avant rupture?) des relations contractuelles État - Industrie
[Analyse : Soyons soulagé(e)s... les parlementaires ont réduit la taxe sur C.A. de 1.96% à 1.76%, soit une réduction de la facture de € 50 Millions ; mais dans le même temps les mesures (baisses de prix, seuil de dépassement de l'ONDAM de 1% avec reversements à 70%, et inclusion de l'hôpital), aujourd'hui définitivement votées, ont augmenté les prélèvements du PLFSS initial de € 1 Milliard à € 1.4 Milliard ; d'où une réaction de rejet du LEEM, du LIR et du GEMME : "acharnement fiscal", prévisions du marché "dogmatiques", perte de confiance, "manque de maturité et de respect", "effet ciseaux entre croissance du marché et des prélèvements", "risque de transformer la France en simple comptoir de ventes", "dérive dangereuse du CEPS vers les payeurs", "décisions irrationnelles et contradictoires pour les génériques", etc. A la différence des 2 autres syndicats, le LEEM après une réaction virulente semble remettre en avant les acquis et la relance de la dynamique, notamment pour le CSIS (Comité Stratégique des Produits de Santé, créé par M. Raffarin), le partenariat public/privé en R&D, et les pôles d'innovation ; quoiqu'il en soit, l'action des Industriels ne peut s'inscrire dans la même tactique que les syndicats de professionnels de Santé (médecins, pharmaciens) : les réactions ne sont visibles qu'à 3-5 ans (décision d'investissement), même si les recrutements et investissements du budget 2006 vont être en grande partie gelés ou reportés et si des transferts auront lieu dans chaque entreprise ; le premier moment de vérité collectif, pour le LEEM, aura lieu fin 2006 lors de la renégociation triennale de la politique conventionnelle avec le CEPS qui arrive à échéance]

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par le fonds d'investissement ABN AMRO de la division NUTRITION & SANTÉ de Novartis pour € 220 Millions, en cash (et sans endettement), soit 1.1 fois le C.A.
[Analyse : déjà en 2002, toute la nutrition diététique avait été cédée à Associated British Foods et après ce spin-off, Novartis ne conserve plus que la division Medical Nutrition qui reste stratégique ; ABN Amro Capital France s'approprie les marques Gerblé, Isostar, Cereal et Gerlinea, vendues en Grandes surfaces, Para et en pharmacies ; anciennement Diététique et Santé, l'entreprise, fondée à Revel, près de Toulouse, par Alain Chatillon en 1972 sous le nom de Nutrition et Santé, avait été vendue à Rhône Poulenc Santé ; en 2004, D&N, surtout implanté en France, au Benelux, en Europe du Sud, est le leader européen des aliments diététiques et a réalisé un C.A. de € 245 Millions pour un résultat opérationnel de € 21 Millions... et une rentabilité financière faible]

* Acquisition par UNITHER, le leader européen des doses unitaires stériles, de CRÉAPHARM, filiale à 50% de PCAS
[Analyse : Unither est le leader européen des doses unitaires stériles, mais la taille de ce façonnier spécialisé est très semblable à celle de Créapharm : le nouvel ensemble réalisera en 2005 un C.A. de € 75 Millions, avec 500 personnes (soit, dans les 5 premiers) ; Créapharm, anciennement e-Pharma lors de sa création par Michel Pautrat en 1998, est positionné dans la fabrication de formes sèches et liquides, dans le développement galénique et analytique, dans la production et la distribution de lots cliniques ; la rentabilité de ces 2 acteurs complémentaires est faible et des économies d'échelles sont attendues ; le fondateur d'Unither, Éric Goupil, a ouvert une partie de son capital en 2000 à un venture capitaliste ; les 2 protagonistes entrepreneurs n'ont pas participé au mouvement d'acquisitions - consolidation typique des façonniers dans les 5 dernières années (type Famar, Cardinal Health, Delpharm)]
                  + Novembre 2006 : ING PARCOM prend le contrôle d'Unither (50%), préalablement contrôlée depuis 2000 par la Société Générale (l'équipe de direction détient encore un peu plus de 30 %) ; créé en 1993 à partir de la reprise d'une usine de Sanofi, Unither compte aujourd'hui 500 personnes, pour un chiffre d'affaires de € 76 Millions

* Acquisition par DELPHARM du site de production de SCHERING AG dans le Nord, à Lys-lez-Lannoy
[Analyse : Schering se désengage aux conditions habituelles , prix symbolique et contrat de sous-traitance à moyen terme, avec maintien à quasi 100% des effectifs (350 personnes) qui restent dans la convention collective négociée par le LEEM ; les façonniers représentent 6.000 personnes en France, soit près d'un quart des effectifs de production de la pharmacie]

* Acquisition par FAREVA de 2 des usines françaises de PFIZER (Angers, avec 225 personnes, et Val-de-Reuil, avec 300 personnes)
[Analyse : c'est la plus importante transaction jamais réalisée dans la sous-traitance pharmaceutique en France et c'est une conséquence directe des acquisitions par Pfizer de Warner-Lambert, en 2000, et de Pharmacia, en 2002 ; Pfizer concentre sa production de médicaments sur Blois-Orléans ; avec les 2 sites de Pfizer et leur C.A. de € 80 Millions, Fareva va doubler de taille dans la pharmacie ; Bernard Fraisse, Président et actionnaire à 95 %, avait déjà bâti un groupe de 2 000 personnes en 2004, à partir d’une petite entreprise de distribution de produits chimiques industriels créée en 1981 ; historiquement, Fareva a véritablement décollé avec, en 2002, l’acquisition auprès de Novartis du fabricant de collyres, Ciba Vision Faure (aujourd'hui Excelvision) ; Fareva fabrique aussi des produits ménagers et des cosmétiques, pour un C.A. total attendu de € 265 millions en 2005, hors Pfizer]

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

* Christophe Laflèche, chez WYETH HQ (USA), comme Executive Director, Effexor Global Strategy
[Analyse : auparavant, WYETH France, Directeur Opérations Cardiologie Psychiatrie (2001 - 2005), GLAXOWELLCOME France, Directeur Marketing, GLAXO France, Directeur Études de Marché, RHÔNE POULENC SANTÉ HQ, Chef de Produit International ; Né en 1954, Médecine, ancien Président AMM]

* André Delhaye, chez WAYPHARM, comme Directeur Commercial et Marketing
[Analyse : auparavant, ARROW GÉNÉRIQUES France, Directeur Opérations France Export (2002 - 2004), ARROW GÉNÉRIQUES France, Directeur Marketing et Business Development, MERCK GÉNÉRIQUES France, WYETH LÉDERLÉ, ELAIAPHARM]

* Philippe Kicken, chez GANZONI France, comme Directeur des Ventes 
[Analyse : auparavant, TEVA CLASSICS (TEVA), BAYER CLASSICS (BAYER PHARMA France), Manager Ventes (2000 - 2002)]

* François Pesty, comme CONSEIL FREELANCE, Organisation - Promotion Assurance Maladie, URCAM, ARH 
[Analyse : et toujours, INSTITUT PUPPEM, Directeur Fondateur (2003 - ), B.M.S.-UPSA France, Directeur des Ventes Océan Indien & Afrique de l'Est (2000 - 2002), B. BRAUN Medical France, Directeur Régional des Ventes, Conseiller Scientifique (1987 - 1999), LEO France, Chef de Produit ; AP-HP, Interne en Pharmacie, Né en 1959, Pharmacie, ISG]

* François Pelen, chez PFIZER France, comme Directeur Marketing S.N.C.
[Analyse : auparavant, PFIZER France, Directeur Business Unit Ophtalmologie (2003 - 2005), PHARMACIA France, Directeur Business Unit Ophtalmologie (2000 - 2003), Médecine]

* Emmanuel Deschamps, chez TYCO HEALTHCARE France, comme Directeur des Ventes Division Chirurgie 
[Analyse : auparavant, SCHWARZ PHARMA France, Directeur Marketing Développement des Ventes, PFIZER France, Délégué Hospitalier, puis Chef de Produit, Chef de Projet Marketing et Directeur Régional (1995 - 2002), TAKEDA France, ASTRA France, Délégué Médical ; Né en 1969, ISG]

* Dominique Roynard, chez CIDER SANTÉ, comme Président du Directoire 
[Analyse : auparavant, CIDER SANTÉ, D.G. Restructuration et Ressources Humaines, CIDER SANTÉ, Directeur Pôle Recrutement (1984 - ), Né en 1950]

* Xavier Champavère, chez CIDER SANTÉ, comme Membre du Directoire, D.G. et Directeur des Opérations
[Analyse : auparavant, CÉGÉDIM, Global Directeur Marketing CRM (2003 - 2005), SERONO France, Directeur Unité Neurologie, AVENTIS PASTEUR - MSD Italie, Managing Director Italy and Greece]

* Rémi Delansorne, chez HYBRIGENICS, comme D.G. 
[Analyse : auparavant, HYBRIGENICS, Vice-Président R&D (2004 - 2005), MERCK-LIPHA France, Directeur de Recherche Diabétologie (1999 - 2004), THÉRAMEX, Manager R&D, puis Directeur (1985 - 1999), Né en 1959 (estim.), Vétérinaire (Docteur)]

Relation Client

* Lancement de la version 3.0 de MICROSOFT CRM
[Analyse : une version vraiment nouvelle, avec l'addition de l'outil de gestion de campagnes Marketing, et surtout pour les PME engagées dans les solutions de Microsoft, avec l'interfaçage automatique de l'ensemble Small Business Server (Windows Server, Exchange Server et SQL Server) et de Outlook ; le prix est raisonnable : € 700 par serveur et € 600 par utilisateur ; le progiciel est aussi disponible en mode hébergé (ASP), ce qui constitue une première pour l'éditeur (et un virage stratégique global, y compris pour MS Office, bientôt disponible en location via Internet)]

* Acquisition par PHARMEXX de l'activité de VM pour tiers de CIDER Santé pour € 8 Millions
[Analyse : le groupe de prestation de Visite Médicale, créé par Jacques Faggianelli il y a 30 ans, était en rupture financière (3 exercices déficitaires et des fonds propres négatifs) ; l'activité de vente en pharmacie, 29% du C.A., avait été cédée à ALLIANCE UNICHEM, aujourd'hui ALLIANCE BOOTS, en Juillet 2005, les filiales Internationales et la CRO Therapharm devraient être cédées prochainement (mais Codépharma, à participation minoritaire, un ancien spin-off de J&J France, n'est pas concerné, ce qui explique la faible valorisation... Codépharma procédant de la même stratégie que Cipharm) ; il reste un C.A. de l'ordre de € 45 Millions pour les tiers repris par Pharmexx, une entreprise familiale Allemande fondée en 1989, totalisant € 57 Millions de C.A. en 2004 ; le redressement ne sera pas facile car le point mort des prestataires de VM est élevé, mais le prix d'achat à 8 € par action pour le flottant est bas (au plus haut, l'action pour l'ensemble cotait € 100 à mi-98)]
                        + Février 2007 : Pharmexx jette l'éponge, après une très mauvaise année 2006 suite aux mesures gouvernementales qui ont fait plonger le marché pharmaceutique, et cède CIDER à  son concurrent REPSCO pour l'Euro symbolique.

* Acquisition par le groupe britannique Huveaux de JB BAILLIÈRE Santé, y compris 33docpro.com pour € 11.5 Millions
[Analyse : seulement connu en France, comme en Grande Bretagne, par son pôle d'information aux politiques (Trombinoscope, EUPolitix), le groupe britannique Huveaux, spécialisé dans les éditions professionnelles et la formation, a déjà acquis en Santé en 2004 le site www.egora.fr (de FT) ainsi que les revues de santé publique Réseaux (cancer, diabète, hépatites, respiratoire) ; les Éditions Jean-Baptiste Baillière, éditrice du Concours Médical, de la Revue du Praticien, du Panorama du Médecin, des Archives des Maladies du Cœur et des Vaisseaux mais aussi du site Internet 33docpro sont les grandes concurrentes du groupe Quotimed (récemment cédé lui aussi) ; Alain Trébucq devient D.G. du pôle santé Huveaux France]

Internet en Santé

* Nouveau site Grand Public de Wyeth sur les Biothérapies, anti-TNF-alpha, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante ou psoriasis, arthrite juvénile idiopathique
[Analyse : 7 rubriques, l'actualités des biothérapies, l'onglet "ma vie" donne accès aux conseils pratiques ; également, un accès protégé pour les professionnels de Santé inscrits : une lettre d'information et une revue de presse comprenant un service de veille de l'information sur 1 mois et archives (encore limitées), une rubrique "produit" sur ENBREL avec avis de la Transparence et de l'EMEA, un lexique, les Associations de patients concernées... très sérieux, responsable : manque une touche plus accessible et plus pédagogique, même si les patients concernés ont des maladies graves]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* US$ 1 Million pendant 24 heures pour une bannière de publicité sur la page d'accueil de Yahoo!
[Analyse : les prix de l'e-publicité flambent, car la même offre ne dépassait pas US$ 50000 en 2001, et pour ce prix, il faut se mettre en liste d'attente pendant 18 mois ; cependant, il ne s'agit pas d'une "rediffusion" de la bulle Internet : les acteurs sont solides et de plus en plus puissants, et tous Américains... Google, qui vient de lancer un site de petites annonces en concurrence d'EBAY et une offre Internet WiFi en Californie, a vu son cours au Nasdaq atteindre le seuil de 400US$, une hausse de 100 US$ en seulement 1 mois, avec des multiples vertigineux] 

* Principaux groupements de Pharmaciens 

Nom DirectLabo Evolupharm Giphar Népenthès Optipharm Pharmaréférence 
Nb Adhérents 1500 2300 1245 4700 2000 1500
Cotisation/an 0 € 500 € 500 € 500 € 400 € 800 €

[Analyse : la situation reste fortement éclatée, car 30 autres groupements à vocation nationale ou locale revendique 7500 membres (aujourd'hui une pharmacie, à près de 90%, est affiliée ; certains groupements ont un positionnement explicite (Giropharm pèse € 100 Millions, en centrale d'achat, pour 800 adhérents), d'autres ne sont que des coopératives, sans compter le phénomène récent des enseignes, dérivé ou non des grossistes, comme Alphéga d'Alliance Santé (autour de 2000)]

* Transactions Officines : 1280 en 2004 (stable), sur un total d'environ 22000 en France, pour un montant moyen de 88% du C.A. annuel (+ 2 points), avec un plus bas en Île-de-France (72%, surplus d'officines moins rentables) et un plus haut en PACA et Languedoc-Roussillon (100%, clientèle âgée)

* Le répertoire des Génériques d'aujourd'hui représente à fin Août 26% du total remboursable en unités et 18% en valeur (source : Pharmastat)
[Analyse : alors que la P.D.M. des princeps en unités -pas en valeur!- est restée stable (12%) entre 2000 et 2005, celle de leurs génériques a cru de 4% à 14% ; le marché des génériques a quintuplé en 5 ans, permettant à la Sécurité Sociale d'économiser € 1 Milliard cumulé (dont € 400 Millions en 2004) ; les prescriptions en DCI stagnent autour de 8% si bien que la substitution des pharmaciens est critique : 84% des pharmacies substituent plus d'une boîte sur 2]

Gadgets de l’e-humain

* Puce RFID d'ABR Pharma, pour les études cliniques 
[Analyse : une innovation très intéressante, car elle permet de connaître la date et l'heure de prise d'un médicament par un patient volontaire, par écrasement de la puce associée à chaque alvéole du blister ; la lecture des puces peut être réalisée au centre expérimentateur ou en central (CRO, labos)... meilleure observance, meilleurs résultats]

Divers

* Arnaque au Tamiflu pour le virus H5N1 aviaire
[Analyse : les Spammeurs Pharmaceutiques se réorientent vers Tamiflu avec menaces "stock en voie d'épuisement... commandez dès maintenant" ; sans certitude que le produit soit vrai, il faut débourser € 150 pour 10 comprimés (au lieu de € 25)... + d'infos sue le site de SOPHOS]

* La première serrure électronique, Coréenne, arrive en France, via MATABIOTECH
[Analyse : cette poignée de porte biométrique, alimentée par piles à 1.5 V avec une autonomie de 8 mois, reconnaît jusqu'à 10 empreintes digitales ... vraiment high tech, pour € 550 H.T. (penser à changer les piles et éviter, quand même, de se brûler les doigts !]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017