NEWS 
MARS 2009

   

Clic rapide ! Retour News du Mois Retour Moteur de Recherche Retour Accueil du Site

 

 

NEWS   Mars 2009

Les évènements du mois de  PHARMACLIENT.NET

Stratégie Pharma

* Automédication : un marché plutôt dynamique en 2008, marqué par l'arrivée des veinotoniques et le lancement du libre accès
[Analyse : le marché Français des médicaments sans ordonnance résiste à la morosité ambiante et à la régression de l'éthique (+ 2.7 % en 2008 après + 4.4 % en 2007, soit € 1.9 Milliard et +2.5% en volume avec 427 Millions d'unités vendues) ; à noter : une bonne pathologie hivernale (en faveur de Toplexil et Hélicidine remboursables et de Fervex, Oscillococcinum et  Humex Rhume, non remboursables), l'arrivée des veinotoniques dans le top des OTC, totalement déremboursés en 2008, avec une transition correcte pour Daflon et Ginkor, la raréfaction relative des candidats au sevrage tabagique avec la crise... et la pénétration progressive du libre accès chez les pharmaciens avec un espace dédié (38% des officines à plus de € 1 Million de CA à l'Automne 2008, +9 points, avec 21% supplémentaires en projet à court terme) ; l'Afipa, syndicat spécifique, a insisté sur les prix Publics stables, à 4.54 € en moyenne par produit]
          + Avril 2009 : polémique dans le cadre de Pharmagora entre les syndicats d'officinaux et l'Afipa sur fond de baisses de prix promises par les industriels pour les produits en libre accès et apparemment non concrétisées

* Pfizer se lance dans le (bio)générique, après M.S.D. aux USA
[Analyse : avec le rachat au laboratoire Indien Aurobindo des droits sur 60 médicaments génériques vendus aux USA et en Europe, Pfizer accomplit un premier pas symbolique, en parallèle à l'arrivée prochaine des biogénériques aux USA sous l'impulsion de l'administration Obama ; pour Pfizer, c'est une révolution culturelle... mais le gâteau (et les marges) sur les biogénériques sont attractifs et le marché des génériques standards doit augmenter de US$ 500 Milliards d'ici 2013 (y compris avec des génériques majeurs du leader mondial)... mais d'autres Big pharma, il y a longtemps, comme Bristol Myers Squibb aux USA, s'y sont brûlés des ailes ; à noter qu'Actavis et Ratiopharm sont officiellement en vente, ce qui alimente les rumeurs]

* Répercussions de la crise générale sur le social en Pharma : le directeur industriel de 3M Santé à Pithiviers, séquestré puis relâché, et l'usine GlaxoSmithKline d'Evreux en conflit ouvert pour cause de re-déploiement
[Analyse : phénomène sans précédent, les relations sociales se durcissent et s'exacerbent dans la Pharma avec la crise et les désengagements industriels, après quelques escarmouches en 2008 chez Pfizer et des façonniers ; du côté de 3M, un plan de suppression de 110 emplois sur un total de 235 a provoqué le clash (sans compter le transfert de 40 postes chez Aexxedis) pour des conditions de départ peu avantageuses dans un bassin d'emploi limité ; du côté de GSK (aucune actualité en rapport, sur le site Internet), grève et confusion dans un site qui n'avait jamais connu de conflit social  depuis sa création en 1968, en raison de 800 suppressions de postes sur 1650, avec revendication d'une prime de 10 000 € pour «préjudice moral» lié à l'annonce sans précision du plan de licenciement (la direction a proposé une prime «de performance» de 5 000 € net pour tous les 1 650 salariés du site et la transformation des journées de grève en jours de congés) ; à noter un Blog par le syndicat FO pour un suivi au jour le jour de 3M]

Politique et économie de la Santé

* Conférence ACIP-ESSEC du Prof. Stuart Schweitzer «Obama in Healthcare» : réforme probable mais mesurée et progressive
[Analyse : le professeur Schweitzer (UCLA School of Public Health, USA), un économiste d'expérience, donc présumé sage, n'a quasiment pas parlé de chiffrage (les données officielles du plan Obama, US$ 65 Milliards par an, sont sous-estimées, au moins d'un facteur 2), a insisté sur le fait qu'un système complexe ne peut évoluer que sur la base de son historique (idem pour la France) ; à partir d'un tableau-constat bien connu (45 Millions d'Américains sans couverture santé et 25 autres mal couverts, des coûts très importants atteignant 15% du PIB, des indicateurs de santé médiocres par rapport aux pays comparables, Medicare, Medicaid, managed care, HMO's, hyper-technologie à prix élevés), il pose la vraie question de l'acceptabilité d'une réforme visant l'universalité de la couverture maladie dans un pays fondamentalement individualiste (peu solidaire) : les facteurs favorables à la réforme sont la crise (qui signifie chômage ou emploi précaire, donc perte des contrats d'assurance d'entreprise), la richesse perçue ('on peut se le payer comme les autres pays'), l'expérience réussie de l'État du Massachusetts (98% de couverture) ; les facteurs défavorables sont la tentative malheureuse précédente par Hillary Clinton en 1994 (torpillée, entre autres, par une campagne médiatique des assureurs), le «medical underwriting» des assureurs (discrimination par refus d'assurer si maladie en cours ou précédente), l'opinion publique conservatrice ; 3 options : généralisation de Medicare (peu probable, même avec co-paiement), généralisation de l'expérience du Massachusetts (peu probable, à l'échelle du pays)... et un mix d'incentives pour les entreprises notamment petites («play or pay», littéralement 'vous jouez le jeu en assurant vos employés ou vous payez des impôts'), de retournement des assureurs (interdiction de sélection), et de co-paiement aidé par l'État pour les Américains non couverts sur la base du volontariat ; le tout enrobé d'une politique d'économies moderniste (les EMR's, équivalent des DMP Français dont les économies mirifiques officielles sont tout autant hypothétiques qu'en France) et égalitaire (au détriment des Labos par des prix ramenés à un standard Canadien, et à court terme par les biogénériques)... rendez-vous pour les premiers débats, à l'été : l'issue est souhaitable selon Stuart Schweitzer, mais incertaine car il faut convaincre beaucoup de gens représentant des intérêts divergents, voire contradictoires]

Fusions-Acquisitions en Santé

* Acquisition par M.S.D. de SCHERING-PLOUGH, pour US$ 41.1 Milliards, financée à 44  % en cash et à 56 % par échange de titres, selon une OPA amicale, soit une prime 34 % par rapport au cours précédent et seulement 2 fois le CA
[Analyse : à peine quelques semaines après l'opération annoncée de Pfizer et Wyeth, cette fusion suit la même logique de la pression des génériques (globalement... par exemple perte du brevet de Singulair en 2012 pour MSD représentant 20% des ventes... et pour les biogénériques, bientôt aux USA) et des valorisations boursières dégradées par la crise ; MSD, n°8 mondial avec US$ 24 Milliards de CA dans la pharma en 2008 et Schering-Plough (US$ 18.5 Milliards dans la pharma, après acquisition d'Organon en 2007, n°13) donnent naissance à un nouveau n°2 mondial (sans tenir compte de J&J aux activités diversifiées) ; le CA total consolidé pro-forma atteint US$ 47 Milliards (mais des activités, notamment en vétérinaire, devront être cédées à la demande des autorités de la concurrence... et 2 produits en co-marketing sont réclamés en retour par J&J, Remicade et son follow-up, golimumab) ; à noter, Bristol-Myers  Squibb et Eli Lilly, les 2 dernières big pharma US, encore non impliquées dans la consolidation, ont officiellement opté pour un repli sur niche pour le premier et pour une farouche indépendance pour le second ; sur le plan des synergies, US$ 3.5 Milliards sont programmés... mais en France, la situation sera potentiellement difficile car les équipes de Schering-Plough viennent de terminer les opérations de fusion avec Organon] 

* Acquisition par l'Américain GILEAD de la Biotech Américaine CV THERAPEUTICS, pour US$ 1.4 Milliard, et selon une OPA amicale à US$ 20 par action, en cash, soit une prime de 25% sur le cours de clôture
[Analyse : la partie n'était pas gagnée pour Astellas, lors du lancement de son OPA hostile à US$ 1.0 Milliard en Janvier 2009 avec déjà une prime de 41% pour US$ 16 l'action, car CVT, basé à Palo Alto en Californie et spécialisé dans le traitement des maladies cardiovasculaires, est une Biotech avec des produits sur le marché comme l'anti-angoreux Ranexa et le produit pour perfusion cardiaque Lexiscan ; le CA 2008 est de plus de US$ 150 Millions (+ 87 % sur 2007) et le pipeline est prometteur dans la fibrillation cardiaque, les maladies pulmonaires et le diabète ; pour Gilead (dont le nom pour l'anecdote se réfère à la Genèse pour souligner son sens de la responsabilité) qui est spécialisé essentiellement dans le VIH, mais aussi dans l'insuffisance hépatique, le respiratoire et le cardiovasculaire (sous licence hors USA), c'était une occasion à ne pas manquer... même au prix fort]

Carnet en Santé (détails dans la PHARMAGALERIE)

*  Jérôme Contamine, chez SANOFI-AVENTIS HQ, comme Vice-Président Exécutif, Directeur financier
[Analyse : auparavant, VÉOLIA ENVIRONNEMENT, Vice-Président Exécutif Senior, D.G.A. et Directeur financier (2003 - 2009),  TOTAL, Vice-Président Exploration-Production Europe et Asie centrale (2000 – 2003), TOTAL, Directeur Intégration TotalFinaElf (1999 - 2000), ELF AQUITAINE Norvège, D.G. (1995 - 1999), ELF AQUITAINE, directeur délégué de la division Exploration-Production Europe-USA ( - 1995), ELF AQUITAINE, Directeur finance et trésorier (1991 - ), ELF AQUITAINE, Conseiller auprès du directeur financier (1988 - 1991), ÉTAT, Cour des comptes, Auditeur et Conseiller référendaire (1984 - 1988) ; Né à Neuilly sur Seine en 1957, Polytechnique (1976), ENSAE (1982), ENA (1984) ]

Relation Client

* Lancement du DMP-PRO opérationnel par la CSMF et la Cegedim dans le cadre du 37ème Medec (resserré et fluidifié)
[Analyse : le DMP-Pro est la version professionnelle du dossier médical patient (la seule importante en terme de réseaux et de santé coordonnée... la relance de la version Grand Public étant en stand-by après fiasco, dans l'attente d'une annonce officielle prochaine, déjà reportée 2 fois) ; le logiciel proposé par les 2 acteurs majeurs du paysage Français est objectivement une réussite (ergonomie, fonctionnalité, simplicité, volontariat, adéquation avec la culture médicale Française de liberté, de respect des individualités, sans usine à gaz) et devrait constituer le golden standard à généraliser ou le socle d'une solution de consensus... pour autant que : (1) la Cegedim, déjà leader des logiciels de cabinets médicaux, ne fasse pas de l'opération un cheval de Troie concurrentiel (ouverture des clés à la concurrence, interopérabilité vraie), (2) que la CSMF, leader des syndicats de médecins, ne fasse pas du projet un argument politico-médiatique fasse aux autres syndicats, (3) que le projet concurrent, mais embryonnaire, du Conseil de l'Ordre des Médecins, soit intégré au projet (au moins), (4) que l'État prenne des décisions claires et incitatives, (5) que l'UNCAM saisisse l'opportunité dans un sens vertueux ; pour ce faire, 3 mois (au moins) sont disponibles pendant le temps des expérimentations sur le terrain du logiciel... à suivre]

* Campagne du CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français), parrainée par Merck-Serono : «Un bébé quand je veux (c'est bien), un bébé quand je peux (c'est mieux)»
[Analyse : belle idée pour Merck Serono que cette campagne d’information dans toute la France pour sensibiliser sur l’infertilité et ses traitements, et aussi corriger l'effet induit (imprévu) de la communication de Santé Publique qui a longtemps promu la contraception et indirectement différé le désir d'enfants chez les couples (en plus des raisons socio-économiques comme allongement de la durée des études, contraintes professionnelles, nécessités matérielles, augmentation de l’espérance de vie, culture du jeunisme)... jusqu'à ce que la fertilité de la femme (et aussi de l'homme !) baisse de façon problématique (l'âge de la première grossesse est en recul et se situe actuellement vers 30 ans) ; d'où le slogan bien balancé ci-dessus et une campagne basée sur (1) un micro-trottoir pour l'accroche (savoureuse, avec beaucoup d’idées reçues), (2) une vidéo sur Internet (réussie) de la conférence de presse à http://merckserono.awakit-webcasts.com/20090311-01/, (3) des réunions avec le Grand-public dans toutes les régions animées par des gynécologues CNGOF, (4) un sondage BVA sur 1000 personnes avec des résultats éloquents comme par exemple... les Français pensent que les chances de grossesse par cycle sont de 55% à 30 ans (alors qu'elles sont de 25 % à 25 ans, 12 % à 35 ans et 6 % à 42 ans !) ou que la fertilité d’un homme ou d’une femme diminue en raison du mode de vie (39 %), notamment suite au tabac, à l’alcool, aux drogues, à l’hygiène de vie, en raison de stress et de problèmes psychologiques (23 %) ou de mauvaises conditions environnementales (22 %) comme la pollution, les ondes, les téléphones portables... alors qu'en réalité l’âge et les problèmes de santé sont les facteurs essentiels. A retenir : 1 couple sur 6 s’adresse à un spécialiste pour l’aider à concevoir, mais cette démarche est encore trop souvent tardive ; il faut consulter après 1 an de tentatives infructueuses de conception (dès 6 mois chez les femmes de plus de 35 ans), et pas plus ; les protocoles et les traitements (recombinants) sont aujourd'hui établis, et même plus (pharmaco-)économiques (sur la base d'un bébé ramené en bonne santé à la maison)]

Internet en Santé

* Nouveau site Internet Grand Public sur les accidents de la vie courante www.stopauxaccidentsquotidiens.fr 
[Analyse : avec 19 000 décès et 11 Millions d’accidents chaque année, dont 4.5 Millions de recours aux urgences, la prévention des accidents de la vie courante et l’information du Grand Public sur les risques domestiques, de sports et de loisirs est une priorité en France ; une belle plate-forme avec de la vidéo, des infos diversifiées, une newsletter, un flux RSS, bref tout ce qui est de qualité aujourd'hui pour un site Internet (avec 3 bémols : une coquetterie, les liens surlignés par le haut, une page d'accueil confuse, et le moteur de recherche interne, limité)]

* Kelmed, le moteur de recherche des médicaments génériques, par BIOGARAN
[Analyse : un outil pratique pour le Grand-Public (aussi les professionnels de santé), intéressant, un peu strict et sans fioriture, en tant que nouveau moteur de recherche d'équivalence entre médicaments génériques et princeps ; développé par Biogaran (filiale de Servier, fondée il y a 12 ans), n°2 des génériques en France, le moteur est efficace et précise les excipients à effet notoire (petite critique ergonomique : la nécessité de renseigner 2 boîtes au moins pour le dosage et la forme pharmaceutique pourrait être simplifiée, notamment pour le Grand Public) ; 3 insuffisances testées : quand le produit n'est pas génériqué, l'inadéquation du message en retour ("Le nom que vous venez de saisir n’est pas reconnu. Veuillez vérifier l’orthographe de votre saisie"), la faiblesse de la relation-client... et la date d'actualisation, générale à tout le site, pas par produit]

Chiffres Clés de Pharmaclient

* 3 molécules développées sur 4 commercialisées ne remboursent pas, aujourd'hui, leurs frais
[Analyse : c'est le constat lapidaire, mais factuel, de Yannick Plétan, Vice-Président Médical de Pfizer France]

Gadgets de l’e-humain

* Nouveauté CeBIT 2009 : ASUS Eee Keyboard PC, le clavier PC Wi-Fi avec écran intégré (commercialisation prévue à l'Été 2009 pour moins de 350 € en standard, et moins de 500 € pour la version sans fil)
[Analyse : les informaticiens ne manquent pas d'idées en temps de crise, même pour des objets atypiques ; voici un clavier qui n'est pas sans rappeler les Commodore C64, Atari ST et autres Amiga (des temps préhistoriques) : un vrai ordinateur tout-en-un à base de processeur Atom 1.6 GHz avec en prime un écran tactile intégré ; l'ordinateur est l'équivalent matériel d'un Netbook (1 Go de mémoire vive et espace de stockage flash de 16 ou 32 Go, 950 grammes, pas de lecteur de CD-DVD) ; le plus original est l'écran latéral de 5 pouces, tactile, utilisable comme moniteur principal ou secondaire, avec des icônes de raccourcis ; à noter : le clavier ne dispose pas de batterie (fil secteur nécessaire)... un PC presque mobile qui peut aussi dialoguer en Wi-Fi avec l'écran primaire de télévision équipé d'Internet]

Divers

* L'imagerie médicale révèle une forme d'intelligence
[Analyse : une étude sur l'analyse par  imagerie médicale d'une cohorte de vrais et de faux jumeaux aux résultats provocants par Philip Shaw (chercheur Américain de l'Institut national sur la santé mentale à Bethesda, NIMH) qui montre que l'intelligence dépend  largement de la qualité du revêtement qui protège les connexions entre les neurones et... que la production de cette couche isolante formée par une protéine  lipidique (myéline) est conditionnée par l'héritage génétique, d'où la conclusion troublante que les facultés intellectuelles  d'un humain seraient déterminées par le jeu d'instructions génétiques reçues à la naissance (innées) ; heureusement (pour les tenants d'une mesure plus large de l'intelligence... sans parler de l'intelligence émotionnelle) l'étude est quantifiée uniquement par le QI (quotient intellectuel) ! Parallèlement d'autres chercheurs viennent de complexifier les connaissances précédentes qui limitaient aux seuls neurones le rôle de la gestion de l'information dans le cerveau : ce dogme est tombé avec la promotion des astrocytes, de  la famille des cellules gliales très présentes dans le cerveau (5 à 10 fois plus nombreuses que les synapses) qui enrobent  les neurones et forment un réseau parallèle de communication]

Vous pouvez recevoir la Newsletter mensuelle de Pharmaclient par e-mail !
Gratuitement à la fin de chaque mois
Merci de vous inscrire dans le formulaire CONTACT


Actualisation / Updating: Jan 15 2017